Err

Votre panier 0,00 EUR

Culture

Warousoku

Warousoku

Les Warousoku (prononcez walôsokou) sont les bougies traditionnelles japonaises fabriquées avec la cire des graines de l’Arbre à Suif, qui est le seul ingrédient de ce produit 100 % naturel. La technique de fabrication de cette bougie japonaise s'est transmise de père en fils pendant 200 ans.



Dans sa famille, maître Tarou Oomori représente la sixième génération d’artisans spécialisés dans la fabrication des bougies traditionnelles japonaises. Son atelier est situé dans la préfecture de Ehime sur l'île de Shikuko. Depuis la fin de la période Edo, cette région a prospéré grâce à la fabrication de papier japonais (Washi) et grâce à la production de cire naturelle japonaise (Warou) extraite de l'arbre à suif. Les techniques employées dans l’atelier de Maître Oumori sont héritées de cette période, et la famille continue de préserver les secrets de fabrication de ces bougies traditionnelles uniques, faites à la main une par une avec le plus grand soin. Le processus de fabrication témoigne de la technicité et de l'intuition des artisans, développées et affinées durant de nombreuses années.




Fabrication de la bougie traditionnelle japonaise
Les bougies traditionnelles japonaises sont fabriquées avec la cire contenue dans les fruits de l’arbre à Suif (Nankin Haze en japonais). Elles sont chauffées à la vapeur puis pressées pour en extraire la cire. La mèche est fabriquée avec du papier japonais et la moelle du coeur du jonc (igusa) enroulés ensemble autour d'une tige en bambou, et arrêtés par du coton.



La cire est ensuite chauffée à 40° - 45°C pour être fondue. Les tiges de bambou recouvertes de leur mèche sont ensuite trempées dans la cire liquide puis sorties, et les tiges roulées sur le bord du récipient pendant que l'autre main met en forme la cire afin d'obtenir une forme cylindrique. Cette étape est répétée plusieurs fois pour augmenter le diamètre de la bougie.
La dernière étape de trempage se fait à 50°C pour donner du brillant.



Petit à petit la couleur de la bougie change pour devenir vert tendre. On dit que c’est la couleur de l'oiseau japonais Uguisu (Bouscarle chanteuse). La bougie est étêtée avec une pièce de métal chauffée au feu de bois, pour laisser apparaître la mèche. Enfin la tige de bambou qui servait de support est retirée. En regardant la bougie par le haut on peut remarquer les couches successives de cire qui rappellent les cernes d'un tronc d'arbre.





Rédigé le  24 juin 2019 14:51 dans ArtisansCulture  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Nouvelle ère de Japon, Reiwa

Reiwa

La nouvelle ère du Japon, Reiwa, qui succède l'ère Heisei, a commencé le 1er mai.
Reiwa signifie "harmonie" et "paix".

Les ères japonaises sont utilisés comme calendrier. Cette méthode provient de la pratique impériale chinoise. Mais les ères japonaises sont indépendantes de celles de la chine.

L'origine du mot "Reiwa" se trouve dans "Préface de trente-deux chansons de prunier "「梅花の歌三十二首 序文」", contenue dans "Man'yoshu" qui est la plus ancienne anthologie Waka (poésie japonaise) éditée il y a 1300 ans. La préface et les chansons racontent une fête qui a été organisée à Dazaifu il y a 1300 ans.

Dazaifu est connu pour son sanctuaire shinto Dazaifu Tenmangu, et aussi renommé par ses 6000 pruniers de 167 variétés différentes.

Dazaifu Tenmangu est construit sur la tombe de Sugawara Michizane, le dieu de la connaissance. Environ dix-millions de touristes viennent le visiter chaque année.

C'est un endroit très relaxant et naturel. Si vous avez l'occasion, allez-y absolument!






Rédigé le  5 mai 2019 15:12 dans Culture  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Hina matsuri

Hina matsuri

Aujourd'hui, le 3 mars c'est Hina matsuri au Japon. 
Hina matsuri est une fête pour toutes les petites filles. L'origine de cette tradition remonte à l’époque Heian. Ce jour-là, la famille boit du Amazake (boisson sucré non-alcoolisée à base du riz) et décore la maison avec des fleurs de pêcher et de cerisier pour célébrer ce jour. Les jours qui précédent l'événement, des poupées japonaise sont exposées dans la maison, au plus grand plaisir des petites filles. Ces poupées, Hina ningyo en japonais, sont des poupées spécialement créées pour Hina matsuri. Elles sont parfois transmises de génération en génération dans la famille. Elles représentent des personnages de la cours impériales de la période de Heian

Il y a aussi une croyance qui dit qu'il faut ranger les poupées le soir du 3 mars, sinon les filles de la maison ne pourront pas se marier. Donc ce jour-là les pères japonais font du zèle pour ranger les poupées :)









Rédigé le  3 mars 2019 17:32 dans Culture  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Wabi Sabi

Wabi Sabi

Avez vous déjà entendu parlé de "Wabi Sabi"?

Le Wabi Sabi (侘寂) est une expression japonaise définissant un esprit esthétique, originaire du bouddhiste Zen et du Taoïsme. Le Wabi Sabi signifie imparfait, impermanent, incomplet. Wabi exprime le nature, la solitude, la simplicité, la mélancolie, alors que Sabi exprime l'altération par le temps, le changement, la décrépitude des choses vieillissantes, la patine des objets. Le message du Wabi Sabi est que rien ne peut durer, rien n’est complet, et rien n’est parfait. Accepter ces trois points c'est s'ouvrir un à bonheur qui ne satisfait que les sages.

L'esprit du Wabi Sabi est souvent utilisé dans l'art du thé et l'art du jardin japonais. On dit aussi qu'on comprendra Wabi Sabi avec l'age et l’expérience...










Rédigé le  17 fév. 2019 17:51 dans Culture  -  Lien permanent
0 Commentaires